Neutralité carbone : quel est le futur du réseau énergétique français ? Les prévisions et scénarios de RTE

RTE a réalisé une étude sur l’évolution du système électrique et des futurs énergétiques en 2050.

A l’horizon 2050, l’objectif principal du système énergétique est d’atteindre la neutralité carbone et de ce fait de sortir des énergies fossiles. Cet objectif est un impératif climatique !
En France, 60% de l’énergie utilisée est d’origine fossile avec comme répartition : les produits pétroliers (40%), le gaz naturel (20%) et du charbon (moins de 1%).

En comparaison avec l’électricité, les combustibles fossiles approvisionnent une consommation finale de plus de 930 TWh par an contre 430 TWh pour l’électricité.

En termes de production, à l’inverse de ses pays voisins, la France n’est pas assise sur les énergies fossiles mais repose majoritairement sur un parc de réacteurs nucléaires qui produisent une électricité décarbonée. Néanmoins, si le nucléaire correspond à 70% de l’électricité produite en France, il pèse moins de 20% de l’énergie finale utilisée par les français.

Le parc nucléaire de la France permet de bénéficier d’émissions de gaz à effet de serre très basses par rapport à ses voisins européens. Néanmoins, en France, les émissions par habitant se trouvent au-dessus de la moyenne mondiale, et davantage lorsqu’est pris en compte l’impact carbone des imports.

Au-delà de l’urgence climatique, la crise énergétique de cette fin d’année, montre également que, sortir des énergies fossiles permettrait de ne plus être dépendants des coûts de l’énergie des pays producteurs. Dans le cas où les énergies fossiles sont conséquentes et bon marché, l’électricité bas carbone impliquera une hausse des coûts mais dans les situations de tension sur les prix, qui se sont accentués ces dernières années, l’électricité bas carbone générera des économies.

Dans ce sens, plusieurs stratégies avec des scénarios différents ont été étudiés pour décarboner le système énergétique. Des scénarios mixant le nucléaire et les énergies renouvelables ainsi que des scénarios 100% renouvelable ont été retenus par RTE.

Les prévisions des futurs énergétiques 2050

Plusieurs prévisions se dessinent de l’étude de RTE :

  • Une baisse de la consommation d’énergie grâce à l’efficacité énergétique, voire la sobriété. La SNBC (stratégie nationale bas carbone) envisage que la consommation d’énergie finale baisse de 40% d’ici à 2050 en France. Pour ce faire, il est prévu :
    • Une réduction des consommations unitaires des équipements et des actions pour la sobriété énergétique
    • Une électrification des usages qui renforce l’efficacité énergétique.
    • Une forte hausse de la consommation d’électricité décarbonée et de la biomasse produite en France pour ne plus avoir recours aux énergies fossiles. Actuellement, la production d’électricité décarbonée est proche des 500 TWh. Dans un scénario de baisse de la consommation d’énergie et d’augmentation de l’électricité cela atteindra 645 TWh en 2050.
    • Un degré élevé de maîtrise de la demande.
  • Une électrification très forte en France, notamment dans les domaines d’activité comme le transport, l’industrie et le bâtiment encore très dépendants des énergies fossiles : le pétrole, le gaz ou encore le charbon. L’idée est de remplacer les produits pétroliers par de l’électricité, remplacer le fioul et le gaz fossile pour le chauffage, électrifier les procédés industriels ou encore utiliser des chaudières électriques…

De ce fait, la réindustrialisation du pays en électrifiant les procédés est un axe très important.

Pour les secteurs qui sont difficiles à électrifier, il est important d’avoir un système d’hydrogène bas-carbone performant. La