RTE a publié le bilan de sécurité d’approvisionnement du système électrique en France pour la période de 2018 à 2023.

Le secteur de l’électricité étant un secteur en plein changement, RTE a dressé un bilan qui sert à donner une vision de l’équilibre de l’offre et la demande d’électricité sous une période de 5 ans.

Le bilan prévisionnel a été dressé en fonction de différents paramètres. Dans cette vidéo nous allons faire un état des lieux des paramètres qui conditionnent la sécurité d’alimentation et leurs évolutions dans les années à venir.

système électrique

Les énergies renouvelables

Tout d’abord, on rencontre une accélération du rythme de développement des énergies renouvelables. Le bilan de RTE prévoit un accroissement progressif de l’énergie solaire. Également, la mise en service de parcs éolien en mer, avec le premier en 2021. Concernant l’éolien terrestre, la filière a connu une accélération de développement en 2017. Pour les prochaines années, l’éolien terrestre devrait connaître un développement avec un tassement du nombre de mise en service en 2021, 2022.

La consommation d’électricité

Ensuite, on remarque que, depuis 2010, la consommation d’électricité est restée plutôt stable, principalement grâce au développement d’actions d’efficacité énergétique, à l’affaiblissement de la croissance économique et à la croissance du secteur tertiaire dans l’économie. Pour les années à venir, le bilan prévoit la continuité de la stabilité de la consommation d’électricité.

L’effacement de consommation électrique

La contribution de l’effacement de consommation électrique devrait également augmenter progressivement au cours des prochaines années et pourrait atteindre 4 GW d’effacement en 2023.

Les centrales

Le gouvernement a prévu la fermeture des centrales à charbon d’ici 2022. Également, les pouvoirs publics interdisent le développement de nouveaux projets de centrale thermique à combustible fossile en dehors du projet du cycle combiné au gaz de Landivisiau. Il reste des interrogations sur le maintien ou non des turbines à combustion fonctionnant au fioul et des petites unités thermiques qui aident aujourd’hui à la sécurité d’approvisionnement du réseau.

Le nucléaire

Des incertitudes demeurent pour le futur du nucléaire notamment sur l’évolution de la capacité nucléaire, ainsi que sur les conditions techniques de prolongation des réacteurs nucléaires après 40 ans d’utilisation et sur le fonctionnement du réseau électrique pendant que les travaux seront réalisés à cet effet. Dans ce bilan, RTE précise que la poursuite de l’utilisation des réacteurs nucléaires après le quatrième réexamen de sûreté est une phase qui va entraîner l’indisponibilité de plusieurs réacteurs pendant l’hiver. Également, une incertitude sur les conditions et les dates de la fermeture des réacteurs de Fessenheim et le démarrage de l’EPR de Flamanville.

Les échanges d’électricité

Les échanges d’électricité ont une place essentielle dans le bon fonctionnement et le maintien de l’approvisionnement du système électrique européen. A moyen terme, les capacités d’échanges vont s’accroître, notamment grâce à la mise en route de trois nouvelles lignes avec l’Italie et le Royaume Uni en 2020 – 2021.

L’interconnexion pour assurer la sécurité d’approvisionnement est en lien avec l’évolution du mix et des marges des pays voisins qui déterminent la capacité d’exporter ou d’importer pendant les pointes. Il y a des incertitudes sur l’évolution des mix électriques étrangers. Le mouvement général, à moyen terme est tout de même à la diminution du parc de grandes unités thermiques ou nucléaires.

Bilan RTE